27 mai 2021

Israël, l’urgence nationale

 A travers l'épisode de la guerre de 11 jours qui vient de s'achever, on peut anticiper la physionomie du prochain affrontement avec le Hamas et/ou le Hezbollah. Il pourrait être fatal si dans l'intervalle Israël ne procédait à une révision des failles idéologique et politiques qui l'on conduit au bord du précipice.
Jean-Pierre Bensimon

21 mai 2021

Cessez-le-feu : l'aveu involontaire de Joe Biden dévoile des enjeux historiques

 Dans la nuit du 20 mai, deux heures avant le cessez-le-feu, Joe Biden a célébré l'accord obtenu par les négociateurs égyptiens dans une brève allocution. Il a notablement assuré au premier ministre israélien qu'il pouvait compter sur lui pour assurer "la reconstitution du système Iron Dome de façon à garantir sa défense et sa sécurité à l'avenir"(*)

17 mai 2021

Renforcer d'urgence l'efficacité de la défense d'Israël

Afin de relever les défis de sécurité extérieure et intérieure qu'il affronte, Israël doit rapidement prendre deux mesures capitales : une expansion substantielle des effectifs de Tsahal en ordre de bataille (en augmentant ses unités de combat et en créant une force de sécurité intérieure importante), et la reconstitution de son système de défense territoriale longtemps négligé.

15 mai 2021

Le Hamas est en train d'entrainer deux millions de Gazaouis dans un attentat-suicide ubuesque

Le Hamas savait parfaitement que le risque d'expulsion de leur logis de quatre familles arabes du quartier de Sheik Jarrah qui refusent de payer leur loyer est un minuscule différend qui ne signifie nullement qu'Israël ait l'intention d'expulser le moindre arabe de Jérusalem. Bien au contraire, la progression de la population musulmane de cette ville est massive : sa proportion est passé de 25 à 38% des Jérusalémites de 1967 à aujourd'hui et elle reste actuellement sur cette dynamique démographique.

13 mai 2021

Anatomie d'une escalade intentionnelle, un été chaud s'annonce pour Israël

 La situation actuelle d'Israël, où se déroulent simultanément une guerre générale avec le Hamas et de violents affrontements intérieurs initiés par des agitateurs arabes israéliens, n'est pas le résultat d'un échauffement des esprits ou de violences policières. C'est le produit d'une action pensée, planifiée et coordonnée depuis au moins deux mois par des acteurs violents ayant des objectifs différents et parfois concurrents. Mahmoud Abbas a voulu éviter les représailles du Hamas suite à l'élection annulée par lui qui privait le groupe terroriste de sa victoire. Le Hamas, suivi par diverses factions, a voulu se poser comme seul défenseur et héritier de la "cause palestinienne."  Le leadership arabe israélien a voulu faire payer à Ra'am ses velléités d'indépendance et son intention de participer à un gouvernement israélien. La Turquie et l'Iran voient là une occasion rêvée d'étendre leur influence. Et l'administration Biden qui éreinte hypocritement l'Etat juif depuis son entrée en fonction donne indirectement un feu vert à toutes les aventures anti-israéliennes jihadistes ou autres. La traduction qui suit détaille l'enchainement des évènements(NdT)